Quel est le lien entre l’espace de variante et la science moderne ?

Vadim Zeland dans le modèle Transurfing nous dit : l’espace des variantes est un champ d’information de ce qui a été, ce qui est et ce qui sera. Le champ d’information contient les variations potentielles de tout événement. (Transurfing, tome 1, p.55).

 

Nous allons commencer à explorer la notion d’information. Son origine latine signifie « donner un message ». Le terme information est de plus en plus utilisé dans la sphère des thérapies quantiques. Nous parlons aujourd’hui de médecine informationnelle (comprendre ‘basée sur le champ informationnel’).

La théorie de l’information remonte aux années 1950. L’ingénieur et mathématicien Claude Shannon est considéré comme le père de cette théorie. Shannon travailla pour le laboratoire de recherche Bell (téléphone) puis pour les services secrets américains. Elle est basée sur des lois physiques.Au niveau du téléphone, il fallait transmettre, capter et décoder des ondes sinusoïdales.

Les travaux de Shannon, ne s’intéressent pas à l’information initiale. Ils ne répondent pas à la question « Qu’est-ce que l’information ? » L’information ne va que dans un sens. Il faudra attendre Norbert Wiener (père de la cybernétique) qui va introduire la notion de « feed-back » dans la théorie de l’information. Pourtant aucune définition de l’information n’est donnée. Wiener écrit «  L’information est une information, ni matière ni énergie, c’est autre chose … »

Le physicien franco-américain Léon Brillouin va faire le lien entre la physique et la mathématique au niveau de la théorie de l’information. En prenant en compte la notion d’entropie, la notion d’information devient autre. La présence d’informations va révéler la complexité de l’objet.

La théorie de l’information entre alors dans le monde de la physique quantique,

 

Qu’est-ce que l’entropie ?

L’entropie définit le degré de désorganisation d’un système. Plus le niveau d’entropie est élevé plus le système est désorganisé / chaos et l’entropie est la mesure de cette désorganisation. Elle vient essentiellement des théories et principes de la thermodynamique.

L’entropie est l’inverse de la néguentropie, définie par Erwin Schrödinger (l’expérience du chat!). La néguentropie est le facture d’organisation d’un système. Dans certaines approches psychologiques, l’amour est décrit comme une force néguentropique, l’antidote au chaos.

Vadim Zeland partage cette opinion puisqu’il décrit l’amour comme le seul état psychoémotionnel qui ne peut pas provoquer de potentiel en excès.

Par la suite, le physicien John Wheeler (un des derniers collaborateurs d’Einstein) va soumettre l’hypothèse que l’information va permettre la cohérence. Wheeler écrit dans son autobiographie :

Je crois que ma vie en physique se divise en trois périodes (…) J’ai d’abord cru que tout était fait de particules (…). Dans ma seconde période que tout était fait de champs (…) Dans cette troisième, mon impression est que tout est fait d’information.

 

La théorie Van Hoven / Nesterov

Durant cette période le physicien russe Svyatoslav Pavlovich Nesterov et le physicien américano-hollandais Theodore Van Hoven vont développer conjointement le postulat de la théorie de la logique entropique quantique.

La théorie Van Hoven / Nesterov est une théorie unifiée. Elle reformule l’approche matière / énergie en termes d’information-entropie.

La matière et tous les champs physiques connus ne sont pas la seule base du monde, mais seulement une partie insignifiante de la réalité quantique. Cette théorie ne considère pas le monde comme quelque chose de consistant, avec des particules de matière qui sont structurées par de l’information. L’information en est la source principale, les particules de la matière deviennent alors une manifestation secondaire.

Le changement d’information-entropie s’accompagne d’un changement d’énergie.

Le macrocosme et la réalité «objective» ne deviennent qu’une pâle projection du champ d’information-entropie qui est la source de la réalité quantique globale.

Au niveau de la médecine, ce postulat est la base du principe de diagnostic non linéaire permettant à l’appareil russe Metatron NLS de scanner l’ensemble de l’organisme, des organes à l’ADN.

 

Et du côté du paranormal?

Le postulat Van Hoven / Nesterov va également expliquer les phénomènes paranormaux d’une manière scientifique, sans approche mystico-religieuse. C’est en captant ou «en jouant» avec ce champ quantique que vont se produire la psychokinésie, la télépathie et la voyance. C’est dans ce champ d’information (en dehors de l’espace-temps) que des sensitifs comme Baba Vanga ou Edgar Cayce sont capables de capter une vaste gamme d’information.

Cette théorie unifiée va expliquer tous les phénomènes au sein d’un système, d’une société, d’une psyché ou d’une cellule.

Il n’y a pas de bien ou de mal. Une catastrophe personnelle ou collective est une induction de l’information qui va modifier la densité du champ d’entropie quantique. La même chose pour une maladie ou pour un désordre mental… C’est une fluctuation de la densité du champ d’information.

 

Et quid de notre réalité de Transurfeur ?

C’est exactement ce que Transurfing explique d’une manière métaphorique avec les balanciers, les importances et les potentiels en excès. Tout peut être expliqué par un champ d’entropie. Lorsque l’entropie est trop haute, cela casse les chaînes d’informations. La structure se désorganise, c’est une phase de haute tension qui engendre des perturbations.

En jouant avec les fluctuations de l’entropie, nous pouvons créer / manifester ce que nous désirons.

L’espace des variantes est un champ d’information quantique qui sous-tend notre réalité manifestée.

En modifiant l’information du champ, nous modifions notre réalité. C’est le secret du saut quantique selon Transurfing.

 

Blaise Magnenat